top of page

Bougainvillier éditions a à cœur d'aider la population gazaouie

Première de couverture du livre Sans voile de Stéphane Aucante.

Bougainvillier éditions entretient un rapport particulier avec la Palestine et les Palestiniens. Son directeur éditorial, Stéphane Aucante, a en effet commencé à « penser édition » pendant les trois années (2015-2018) où il a dirigé l’Institut français de Naplouse, la grande ville du nord de la Cisjordanie ; et le nom de la maison d’édition qu’il a fini par cocréer (début 2023) avec d’autres auteurs vient des buissons de bougainvilliers qui embaumaient l’entrée de cet institut. C’est pourquoi, aujourd’hui, aux vues de la guerre en cours au Proche-Orient, Bougainvillier éditions se sent légitime pour poser cette question : comment aider la population gazaouie ? Alors que l’armée israélienne promet de « combattre à Gaza tout au long de l’année » qui commence à peine, quels vœux pouvons-nous bien adresser aux habitants de Gaza ?


Aider la population gazaouie en s’informant, encore et toujours


« Scientia potentia est » ; rester informé et documenté. Si les médias nous renseignent évidemment jour après jour sur la situation du conflit israélo-palestinien, ils ne sont pas les seuls à être en mesure de partager leur précieux savoir : les écrivains aussi, par leur plume, offrent bien souvent de puissants témoignages. Ayant dirigé l’Institut français à Naplouse de 2015 à 2018, Stéphane Aucante fait partie de ces témoins, avec quatre ouvrages consacrés à la Palestine à son actif : Naplouse, Palestine, Portraits d’une occupation (2018) ; Palestine by nights (2020) ; Six pieds sur terre, Récits de Palestine (2021) ; et enfin Sans voile, Féminité(s) en Palestine, premier livre paru chez Bougainvillier éditions (en février 2023, dans la collection « en boutons »). Témoin de ce qu’est la vie au quotidien en Palestine, témoin de la souffrance des palestiniennes et palestiniens mais aussi de leurs joies et de leurs espoirs. Témoin du cruel et évident manque de moyens, aussi…


Aider la population gazaouie en contribuant auprès d’une association


Comment pallier leur manque de moyens, de matériel ? Comment offrir de l’aide de façon concrète ? Nombreuses sont les associations qui interviennent en Palestine et précisément à Gaza pour former du personnel ou apporter un quelconque soutien au système de santé fragile. Contribuer auprès d’une ONG, ou même lancer une campagne de financement participatif soi-même, les possibilités sont aujourd’hui nombreuses. À vous de trouver celle qui correspond le mieux à vos valeurs.


Deux femmes, dont une voilée, en train de marcher dans la rue, un immeuble type centre commercial en fond.

Aider la population gazaouie : s’informer et contribuer, c’est possible

Et si, pour aider la population gazaouie, vous pouviez allier culture et don ? C’est ce que propose l’association Culture de Palestine avec la campagne « œuvres pour Gaza ». Les profits de votre acquisition serviront à soutenir les populations gazaouies. Ainsi, Stéphane Aucante a-t-il fait don de plusieurs exemplaires de ses récits sur la Palestine. Livre emblématique de la ligne éditoriale de Bougainvillier éditions, Sans voile, Féminité(s) en Palestine fait partie de la liste. Il se compose de portraits de femmes, où l’évocation du voile, si elle apparaît à de multiples reprises, ne donne lieu à aucun jugement, aucune malveillance. Il affirme en filigrane que les habitants de Palestine sont d’abord des êtres humains. Terriblement humains… En observateur attentif et empathique, l’auteur met en valeur la force et le courage incommensurables de sept Palestiniennes et deux Palestiniens. Un livre simple et lumineux, comme un appel à la tolérance et à la paix. Voilà, c’est peut-être cela que nous pouvons souhaiter aux Gazaouis pour l’année 2024 : une vie de paix, finalement !

 

Cinq exemplaires seulement de Sans voile […] ont été offerts à Culture de Palestine… Mais de

nombreux autres sont disponibles sur notre site internet 😉.



Quatrième de couverture, avec résume, du livre Sans voile de Stéphane Aucante


bottom of page